Poissons morts dans la rivière Lea, Hackney, Juillet 2013 / Thames21

Poissons morts dans la rivière Lea, Hackney, Juillet 2013 / Thames21

Les rivières en contrebas de la vallée Lea sont les plus polluées de Grande-Bretagne et la rivière Lea se déverse parmi les communautés les plus pauvres. Le bassin de la rivière Lea de Londres est très fortement pollué. Il ne satisfait pas aux critères aquatiques définis par l'Union européenne, classant les rivières en catégories, à savoir les « médiocres » et les « mauvaises », qui sont nombreuses. Aucune rivière en contrebas de la vallée Lea n'est qualifiée de « bonne ».

Le développement urbain est l'une des raisons pour lesquelles le réseau fluvial est mis à rude épreuve. Les eaux pluviales peuvent véhiculer un grand nombre de polluants qui se déversent dans les cours d'eau en contrebas de la vallée Lea, ce qui nuit à l'écologie de la rivière. De même, jusqu'à 10 % de habitations sont mal raccordées - de ce fait, les eaux usées sont envoyées dans un tuyau d'évacuation avant de se déverser dans les rivières locales. Alors que les niveaux de pollution sont élevés, l'Est de Londres est, d'après les rapports, la zone la moins polluée du Royaume-Uni. Cela signifie qu'il existe un problème de prise en compte ou une mauvaise compréhension des faits par les autorités locales et les résidents.

« Fixing Broken Rivers » est une initiative de Thames21, financée par le HSBC Water Programme, développant un programme de formation et de sensibilisation environnementale axé sur la résolution des problèmes en lien avec les rivières, faciliter la prise de conscience des communautés locales et proposer des solutions pour palier à ces problèmes.

David Burnett, Chef d'exploitation des marchés et services bancaires internationaux au sein de la HSBC pense que « Ce programme en trois ans va permettre de résoudre les problèmes de grande ampleur en lien avec la pollution de l'eau douce. Il s'appuie sur les agents locaux et les bénévoles en charge de la construction et de la gestion de nouvelles roselières, permettant de nettoyer l'eau et de mettre en place un habitat essentiel. De plus, dans la mesure où le programme fait participer plus de 30 000 jeunes par le biais d'activités sociales et éducatives, nous espérons que les futures générations se préoccuperont du sort des rivières de la vallée Lea ».

Thames21, l'un des principaux organismes caritatifs du pays, travaille au sein de la vallée Lea depuis 2009 et le projet comprend trois approches différentes :

« C'est notre rivière » – Un programme social et éducatif. 32 400 personnes étudient les rivières qui se trouvent à proximité de chez elles. Elles comprennent comme les rivières sont polluées et l'effet de la pollution sur ces dernières.

« Projet de roselières » – le personnel de la HSBC se chargera de construire et de gérer des nouvelles roselières pour la rivière Lea et ses affluents. Les roselières nettoient l'eau et offrent un habitat essentiel, dans la mesure où il en existe peu dans la rivière Lea. En partenariat avec l'agence environnementale, Thames21 a demandé un rapport pour localiser les lieux où des roselières sont présentes et où de nouvelles seront créées.

« Eponges écologiques » – le personnel de la HSBC devra se charger de la création de petits systèmes de drainage durables (SuDS) pour absorber et nettoyer l'eau à proximité des routes et empêcher les eaux pluviales de se déverser dans la rivière. A ce jour, les eaux pluviales sont mal gérées à Londres.

De nos jours, 297 bénévoles de la HSBC ont participé aux activités permettant à 19 121 personnes de gérer 10 roselières et d'en planter 20 supplémentaires, tout en créant 15 systèmes de drainage durables. Les travaux se poursuivront jusqu'en novembre 2016.

Water Stories

American photographer Mustafah Abdulaziz presents images from an ongoing study of the global water crisis

Find out more